Now Reading
« La situation ne peut pas durer », affirme un conseiller de Trump
0
Donnez votre avis
Vous aimez ?
0%
Interested
0%

Si la Corée du Nord a tenté de lancer un missile, ce dimanche, au lendemain de sa parade militaire, celui-ci a « presque immédiatement explosé », estime le Pentagone. Mais pour tenter de trouver une solution à cette crise, les Etats-Unis travaillent actuellement avec les dirigeants chinois, rapporte le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump.

« Il existe un consensus international, y compris avec les Chinois et les dirigeants chinois, pour dire que la situation ne peut pas durer », a déclaré le général H.R. McMaster lors d’un entretien à la chaîne américaine ABC.

« Vulnérable aux pressions des Chinois »

Le général a pris soin, plusieurs fois, de souligner l’inquiétude, selon lui, des dirigeants chinois sur le sujet. « Nous allons devoir avoir recours aux dirigeants chinois », a-t-il encore martelé.

« La Corée du Nord est très vulnérable aux pressions des Chinois. »

Quelques heures plus tôt, Donald Trump avait évoqué la Corée du Nord au détour d’un tweet sur sa décision de ne plus accuser la Chine de manipuler sa monnaie.

« Pourquoi accuserais-je la Chine de manipuler sa monnaie tant qu’ils travaillent avec nous sur le problème nord-coréen? Nous verrons ce qui se passe! », a écrit le dirigeant américain.

« Prêt pour la guerre »

Depuis plusieurs jours, les relations diplomatiques avec les Etats-Unis, ne cessent de se dégrader. Mercredi 5 avril, la Corée du Nord a lancé un missile qui s’est abîmé en mer du Japon, la veille d’une rencontre aux Etats-Unis.

Les Etats-Unis ont alors répliqué en envoyant un groupe aéronaval au large des côtés coréennes, le dimanche 9 avril. Une « provocation » pour le régime nord-coréen, qui a promis, de répondre à cet envoi qualifié d' »insensé ».

Le pays a aussi averti être prêt pour la « guerre ». Le président américain avait alors lancé que « la Corée du Nord est un problème » qui « sera traité ». La Corée du Nord a réalisé cinq tests nucléaires , dont deux en 2016.


Voir la source originale de l’article

Commentaires

Laissez le votre