La Russie bannit une correspondante de la BBC, qui dénonce une « atteinte à la liberté de la presse »

0
25


La correspondante de la BBC Sarah Rainsford va devoir quitter la Russie à la demande des autorités, a annoncé jeudi 12 août au soir la télévision d’Etat russe, Rossiïa 24, qui présente cette décision comme une « expulsion symbolique ». La chaîne a expliqué que le visa de la journaliste britannique expirait le 31 août et qu’il ne serait pas renouvelé. Il s’agit, d’après la chaîne télévisée, d’une riposte au refus de Londres d’accorder des visas à des journalistes russes travaillant au Royaume-Uni, dont ceux des médias RT et Spoutnik.

Le ministère russe des affaires étrangères l’a d’ailleurs confirmé samedi : la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a déclaré que le conflit remontait à 2019, quand un journaliste russe avait dû quitter le territoire britannique « sans explication ». Elle a accusé la Grande-Bretagne de chercher à déformer les faits à des fins de propagande. « Je le répète : la décision russe est exclusivement une (mesure de) rétorsion. Elle n’a rien à voir avec la liberté d’expression », a ajouté Mme Zakharova sur Facebook.

« Atteinte à la liberté de la presse »

« Me faire expulser de Russie, où j’ai passé presque un tiers de ma vie et d’où j’ai travaillé pendant des années, est dévastateur. Merci pour tous vos messages de soutien », a écrit Sarah Rainsford sur Twitter. « Ce n’est pas un échec à renouveler mon visa, même si techniquement ça y ressemble, je suis expulsée, et on m’a dit que je ne pourrai plus jamais revenir », a rapporté Mme Rainsford sur la BBC, se disant « extrêmement triste » de quitter brusquement le pays.

La journaliste a expliqué qu’on lui avait cité, en guise d’explication, le cas d’un confrère russe dont le visa n’avait pas été prolongé il y a deux ans, ainsi que les sanctions britanniques visant des Russes pour violations des droits humains en Tchétchénie ou pour corruption. Les autorités russes n’ont par ailleurs eu de cesse de critiquer publiquement les contenus des médias occidentaux sur la Russie, dénonçant régulièrement des articles ou reportages jugés « russophobes ». Mais les expulsions de journalistes restent rares.

« L’expulsion de Sarah Rainsford [l’un des deux correspondants anglophones de la BBC à Moscou] constitue une atteinte directe à la liberté de la presse, que nous condamnons sans réserve », a réagi vendredi soir la BBC dans un communiqué. « Nous appelons les autorités russes à revenir sur leur décision. En attendant, nous continuerons à rapporter les événements de la région de manière indépendante et impartiale », a ajouté le groupe britannique, qualifiant Sarah Rainsford de « journaliste exceptionnelle et intrépide ».

« Nous rejetons les allégations du ministère russe des affaires étrangères concernant une action discriminatoire contre les journalistes russes au Royaume-Uni », a réagi l’ambassade du Royaume-Uni à Moscou dans un communiqué, ajoutant que les journalistes russes continuent de travailler librement au Royaume-Uni s’ils agissent dans le cadre de la loi et de la réglementation.

« Nous leur demandons instamment de reconsidérer cette mesure rétrograde à l’encontre d’une journaliste primée de la BBC, qui ne peut que nuire davantage à la liberté des médias en Russie. »

Lire aussi Moscou met sous surveillance les médias britanniques travaillant en Russie

Multiplication des procédures judiciaires

Les relations entre Londres et Moscou sont particulièrement tendues depuis des années. Les Britanniques accusent Moscou d’avoir fait usage de poisons radioactifs et chimiques pour s’en prendre à des adversaires russes de Vladimir Poutine réfugiés au Royaume-Uni.

Le 9 août, le ministère russe des affaires étrangères avait déjà déclaré personae non gratae des ressortissants britanniques non identifiés « engagés dans des activités antirusses ». Cette mesure avait été présentée comme une réponse au bannissement de Russes du territoire du Royaume-Uni dans le cadre de sanctions britanniques prises en 2020 et 2021.

Les autorités russes ont aussi multiplié cette année les procédures judiciaires contre les médias, ONG et organisations politiques russes jugés hostiles au pouvoir et accusés d’être financés par l’Occident ou de servir ses intérêts.

Lire aussi : A Moscou, ironie et accusations de coup monté

Le Monde avec AFP et Reuters




Voir la source originale de l’article

Sur http://www.africanews.online suivez l’actualité africaine, de la politique et de l’économie.

Cliquez sur un des liens ci-dessous pour suivre l’actualité du pays d’Afrique qui vous intéresse :

L’ACTUALITE DES PAYS DE L’AFRIQUE DE L’OUEST Actualité BéninActualité Burkina FasoActualité Cap-VertActualité Côte d’ivoireActualité GambieActualité GhanaActualité Guinée –  Actualité Guinée-BissauActualité LiberiaActualité MaliActualité NigerActualité NigeriaActualité SénégalActualité Sierra LeoneActualité Togo
AFRIQUE CENTRALE & DU NORD Actualité CamerounActualité République centrafricaineActualité GabonActualité Guinée équatorialeActualité République démocratique du CongoActualité République du CongoActualité TchadActualité Sao Tomé-et-PrincipeActualité AlgérieActualité EgypteActualité LibyeActualité MarocActualité MauritanieActualité Tunisie
AFRIQUE DE L’EST Actualité BurundiActualité DjiboutiActualité ÉrythréeActualité ÉthiopieActualité KenyaActualité OugandaActualité RwandaActualité SomaliaActualité SudanActualité South sudanActualité Tanzania
AFRIQUE AUSTRALE ET OCÉAN INDIEN Actualité South AfricaActualité AngolaActualité BotswanaActualité ComoresActualité LesothoActualité MadagascarActualité MalawiActualité MauriceActualité MozambiqueActualité NamibieActualité SeychellesActualité SwazilandActualité ZambiaActualité Zimbabwe

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here