Now Reading
Commune de Karangasso-Vigué : Après le drame, l’heure est aux discours d’apaisement
0
Donnez votre avis
Vous aimez ?
0%
Interested
0%


Les populations de la partie Ouest du Burkina Faso sont hostiles à l’installation des koglwéogo sur leur territoire. En effet, suite aux agissements de ces groupes d’auto-défense dans la région et précisément dans la commune rurale de Karangasso-Vigué (en début 2018), le chef des dozo, Aly Konaté, avait interpelé les premières autorités du pays ainsi que les responsables des koglwéogo, afin qu’ils prennent des mesures pour éviter un « drame ».

Aly Konaté, chef des dozo

Ainsi, malgré l’arrêté du gouverneur de la région des Hauts-Bassins, Antoine Atiou, interdisant l’installation des koglwéogo dans cette partie du pays ; et en dépit des avertissements de certains chefs de terre, notamment le chef de canton des bobos, les koglwéogo se sont installés dans certains villages de l’Ouest du Burkina Faso.

Le chef des dozos ; le chef des cantons de Karangasso-Vigué, Bamory Ouattara ; et les populations de la localité sont unanimes : les koglwéogo sont en violation vis-à-vis de la loi. Car, ils continueraient à infliger des châtiments corporels aux populations. C’est pourquoi, par la voix du chef des cantons de Karangasso-Vigué, les populations ont tenu à exprimer leur ras-le-bol.

Porte-parole du chef des cantons de K.Vigué

Selon Basouleymane Ouattara, porte-parole du chef des cantons, c’est sur instruction de ce dernier que des populations, accompagnées de la confrérie des dozos, sont allées dans le village de Kouérédougou, localité située à 18 km de Karangasso-Vigué, pour démanteler les Quartiers généraux (QG) des koglwéogo, le mercredi 12 septembre 2018.

À en croire Salia Ouattara, chef du village de Kouérédougou, à plusieurs reprises, il a demandé aux koglwéogo de démanteler leurs QG. Chose que ces derniers ont toujours refusée. « Pour éviter des affrontements entre koglwéogo et dozos, en tant que chef du village de Kouérédougou, j’ai supplié plusieurs fois les koglwéogo afin qu’ils acceptent cette décision de suspendre leurs activités dans le village, sur instruction du chef des cantons. Comme cela trainait, (…) le chef des cantons a envoyé ses hommes pour démanteler leurs QG », a-t-il dit.

Face aux hommes du chef des cantons, les koglwéogo ont réaffirmé leur opposition à toute destruction de leur QG. Cela a conduit à des affrontements entre les populations (soutenues par les dozos) et les koglwéogo. Grâce à l’intervention des Forces de défense et de sécurité (FDS), la situation a été maîtrisée. Le bilan de ces affrontements fait état de trois morts (le fils du chef des cantons et deux koglwéogo) et de plusieurs blessés. Certains blessés ont été évacués à l’hôpital Souro-Sanou de Bobo-Dioulasso pour des soins.


L’enterrement des corps a eu lieu ce jeudi 13 septembre 2018. Le porte-parole du chef des cantons a tenu à souligner que ce conflit n’est pas dû à une question d’ethnie. « Ce n’est pas parce que la population refuse de cohabiter avec d’autres ethnies. La majorité des habitants ici, ce sont les mossis. Donc il faut que les gens arrivent à comprendre. À Karangasso-Vigué, nous accueillons tout le monde », a-t-il laissé entendre.

Après les événements malheureux, la confrérie des dozos s’est réunie pour prier pour le repos des âmes des défunts et prôner la paix, l’entente et la cohésion sociale. À l’occasion, le chef des dozos, Aly Konaté, a indiqué qu’il n’y pas de conflit à Karangasso-Vigué. Selon lui, le premier combat que les Burkinabè doivent mener, c’est la lutte contre le terrorisme et la crise alimentaire. Toutefois, il a demandé à la population de prôner le pardon et la paix, « car le Burkina a besoin de cette paix ».

Aussi, il rassure les Burkinabè qu’il n’y aura pas d’autres affrontements à Karangasso-Vigué. « Malgré notre mal, nous demandons la paix et nous demandons aussi aux autorités de faire en sorte que la paix revienne à Karangasso-Vigué », a souhaité le chef des dozos.

Selon Moussa Nana, porte-parole des koglwéogo, « depuis l’arrêté du gouverneur qui nous interdit de travailler, nous avons arrêté de sortir sur les routes. Nous travaillons seulement dans les quartiers. Nous n’avons pas de fusils, mais lorsque nous voyons les voleurs, nous les attrapons ».


Toutefois, les koglwéogo disent être ouverts au dialogue pour une bonne cohabitation dans la commune de Karangasso-Vigué. Embouchant la même trompette, Ali Gansoré a aussi prôné la paix et l’entente. « Nous sommes ici, cela fait plus de dix ans. J’avais dit aux koglwéogo de laisser ils vont détruire le QG, mais ils ont refusé. Après ce drame, comme ils disent qu’ils ne veulent pas des koglwéogo, nous allons arrêter toutes les activités des koglwéogo. Nous sommes disposés à dialoguer avec eux pour que règne la paix », a laissé entendre ce dernier.




Voir la source originale de l’article

Sur http://www.africanews.online suivez l’actualité africaine, de la politique et de l’économie.

Cliquez sur un des liens ci-dessous pour suivre l’actualité du pays d’Afrique qui vous intéresse :

L’ACTUALITE DES PAYS DE L’AFRIQUE DE L’OUEST Actualité BéninActualité Burkina FasoActualité Cap-VertActualité Côte d’ivoireActualité GambieActualité GhanaActualité Guinée –  Actualité Guinée-BissauActualité LiberiaActualité MaliActualité NigerActualité NigeriaActualité SénégalActualité Sierra LeoneActualité Togo
AFRIQUE CENTRALE & DU NORD Actualité CamerounActualité République centrafricaineActualité GabonActualité Guinée équatorialeActualité République démocratique du CongoActualité République du CongoActualité TchadActualité Sao Tomé-et-PrincipeActualité AlgérieActualité EgypteActualité LibyeActualité MarocActualité MauritanieActualité Tunisie
AFRIQUE DE L’EST Actualité BurundiActualité DjiboutiActualité ÉrythréeActualité ÉthiopieActualité KenyaActualité OugandaActualité RwandaActualité SomaliaActualité SudanActualité South sudanActualité Tanzania
AFRIQUE AUSTRALE ET OCÉAN INDIEN Actualité South AfricaActualité AngolaActualité BotswanaActualité ComoresActualité LesothoActualité MadagascarActualité MalawiActualité MauriceActualité MozambiqueActualité NamibieActualité SeychellesActualité SwazilandActualité ZambiaActualité Zimbabwe

Commentaires

    Laissez le votre