Now Reading
Il y a péril au Bénin
0
Donnez votre avis
Vous aimez ?
100%
Interested
0%

Pour un gouvernement qui pensait pouvoir purement et simplement supprimer le droit de grève, ou plutôt tout droit de grève dans un pays par simple vote au Parlement par le biais de députés qualifiés aujourd’hui de vassalisé, le président de la République Patrice Talon se retrouve aujourd’hui face a une mobilisation générale, sans précédent de mémoire de Béninois, car la quasi-totalité des syndicats du pays, suivi des secteurs de la santé et de l’enseignement, comme un pied de nez fait au gouvernement par cette démonstration monstre de se voir imposer une nouvelle forme de dictature visant purement et simplement à tuer la démocratie, dans ce pays qui pourtant l’a vu naitre bien avant d’autres en Afrique, le Bénin est aujourd’hui entièrement paralysé et ce à tous les niveaux.
 
1- le port est désormais en grève illimitée,
2- l’enseignement primaire est en grève,
3- l’enseignement secondaire est en grève,
4- l’enseignement supérieur est en grève,
5- la justice est en grève illimitée,
6- la santé est en grève,
 
Le gouvernement de la rupture vit là son plus grand affront depuis qu’il a pris les rênes du pays.
En effet les Béninois ne sont pas prêts à se faire voler leur liberté et surtout pas celle de pouvoir dire non à des injustices ou abus de pouvoir avec la seule arme pacifique qu’ils ont « LE DROIT DE GRÈVE »
.Le peuple béninois attend désormais du président Patrice Talon et de son gouvernement qu’ils reviennent non seulement sur cette loi anti grève, mais également sur tous les actes posés par le chef de l’État et son entourage visant à s’accaparer tout le patrimoine du pays.
L’heure est grave et à l’image de la Tunisie pays par lequel il y a sept ans le printemps arabe avait débuté et qui aujourd’hui encore connaît des troubles face a son gouvernement le Bénin également semble amorcer son printemps de révolution.

Commentaires

    Laisser un commentaire